Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je sonne avec la souris

Rechercher

Bienvenue

livreplage

  Je vous souhaite une agréable lecture au cours de mes pensées déguisées !!! Aussi, n'hésitez pas à laisser pencher vos plumes pour vos commentaires.

Pêle-Mêle

A vos Crayons

Accueil

J'ai créé mon blog il y a quelques mois déjà, un passe-temps qui comble des journées bien trop longues...

Même si je me trouve près du port et à 100 m de la plage, si je profite pleinement d'un beau ciel bleu et du rayon de soleil toute l'année, la solitude s'interpose toujours...

La cinquantaine et quelques années de plus........, je suis conquise de me trouver parmi vous pour partager mes coups de gueule et mes passions.

Je vais par ce biais, vous raconter mon parcours professionnel, mon parcours de vie, mes voyages,

ce que j'aime et ce que je déteste !

 

Je vous remercie d'avance pour vos visites et vos commentaires, même si je ne vous réponds pas de suite, vos écrits me touchent et me toucheront profondément !


Merci à toutes et à tous,
à bientôt j'espère !

Amicalement, Domi

          

Avec le coeur !

SOSTOUTOU, le site d'adoption

Météo Narbonne © meteocity.com

Jouer avec Panda


Trafic Booster

6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 20:00

 

   2838906489_a1745e66c5.jpgbio1.jpg

Né sous la protection de la Statue de la Liberté, à New York, le 5 novembre 1938, Joseph est fils d'une violoniste classique, Béatrice, dite Béa, qui travaille avec quelques grands de la musique classique, notamment Pablo Casals. Son père, Jules Dassin, est passionné par le cinéma. Assistant d'Hitchcock, après une courte carrière d'acteur, il devient metteur en scène. C'est ce couple uni, dans une Amérique qui va se venger de Pearl Harbour, qui donne deux soeurs à Joseph, Ricky, l'aînée, Julie, la cadette. Le petit Dassin grandit dans un "cocoon", plein d'amour. Jusqu'en 1940, ses balbutiements restent new-yorkais. Puis son père, fasciné par le septième art, décide de s'installer à Los Angeles, entre les studios de la mythique MGM à Hollywood et les plages du Pacifique. Dans cette ville américaine, où l'Asie et l'Europe ont tracé leur frontière, Joseph passe son adolescence jusqu'au jour où...

Le monde bascule. Le second conflit mondial terminé, les accords de Yalta signés, le monde vit les conséquences de la "Guerre froide". Le face à face Est-Ouest. Les USA face à l'URSS, le capitalisme face au communisme. Le sénateur Mac Carthy, dans sa chasse aux sorcières, traque les sympathisants communistes. Jules Dassin, dont la notoriété croît, n'est pas vu d'un bon oeil. Très vite, il est accusé de sympathie pour Moscou. Fini le doux climat hollywoodien. C'est le temps de l'exil pour la petite famille Dassin. Fin 1949, dans la fumée d'un liner transatlantique, Joe voit s'éloigner dans les brumes du paquebot, le sol qui l'a vu naître. Désormais, aucune terre ne sera jamais plus la sienne.

    Lorsqu'il découvre la vieille Europe, Joe a douze ans. Nous sommes en 1950, et le vieux continent est en pleine reconstruction. Le plan Marshall et la CECA (Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier) font les manchettes de la presse. Jules et Béa se sont installés à Paris. Joe, lui, est en Suisse, en pension au célèbre collège du Rosey. Chic et cher. Maigre l'exil, l'argent ne semble pas être un problème pour les Dassin. Joe fréquente Karim Aga Khan et les riches héritiers européens.

    Nombreux sont les changements d'établissements. En 1951, on le retrouve en Italie, en 1953, à l'Ecole internationale de Genève. Celle-ci l'envoie, en 1954 à Grenoble, passer son baccalauréat, ce diplôme n'existant pas en Suisse. Il a 16 ans et il est très beau garçon, avec une légère coquetterie dans l'oeil. Il parle trois langues et obtient son bac avec mention "bien".

index 05Le 13 décembre 1963 marque un tournant dans sa vie privée. Ce soir-là, il rencontre une jeune fille lors d'une des nombreuses soirées organisées par Eddie Barclay. Cette "party" a pour prétexte la sortie française du film "Un monde fou, fou, fou". Devant l'imposante architecture du Pavillon d'Armenonville, Joe est impressionné par le charme et la personnalité de la jeune fille. Son prénom ? Maryse. Ni l'un, ni l'autre, ne savent qu'ils sont partis pour dix années de romance. Quelques jours après la soirée au Pavillon, Joe invite Maryse Massiera en week-end au Moulin de Poincy à 40 kilomètres de Paris. Son but, la séduire. Ses moyens, le grand jeu. Là, dans l'intimité de la chaleur d'un feu de cheminée qui crépite, il lui chante "Freight Train", en s'accompagnant à la guitare. Ses cordes vocales associées à celles de la guitare sont irrésistibles, et il le sait. Son plan diaboliquement attendrissant fonctionne à 200%, et elle fond dans ses bras... Après ce week-end hors du temps, les deux amoureux vivent sur un nuage jusqu'aux fêtes de fin d'année.

    A partir du 6 janvier 1964, le jeune couple tire des plans sur la comète, de façon déterminée. Au bout d'un mois, l'idée de fiançailles, voire de mariage, est déjà dans l'air. Joe et Maryse s'installent chez la mère de Joe, qui vit à Saint-Cloud. La solution semble bien provisoire, mais les deux amoureux ne se posent pas tant de questions. Désormais, Joe écrit des nouvelles qui paraissent dans la presse et qui lui permettent de vivoter. Et même d'inviter Maryse pour quelques jours de ski en février à Zermatt. En Suisse. En rentrant, le couple prend peu à peu conscience des réalités du quotidien, et doit trouver une solution au problème du logement. Leurs économies regroupées, au printemps 1964, Joe et Maryse se mettent en quête d'un appartement. Comme tous les Américains, Joe a un faible pour Saint-Germain-des-Prés. Il opte pour le boulevard Raspail, en face du Centre américain. Le petit trois pièces au cinquième étage est bien loin des rêves de Joe. Qu'importe, c'est son premier logement et il le partage avec celle qu'il aime. Passionné par son nouveau rôle d'homme au foyer, il passe une partie de l'été à retaper le "nid". Très concerné par son rôle de chef de famille, il met les bouchées doubles. Pour arrondir les fins de mois, il double des films américains, écrit des articles pour Play-Boy et Thé New Yorker. Il tourne même dans "Trèfle rouge" et "Lady L."..........

bio11  top1 03  bio8

DISCOGRAPHIE :

* 1965 : Bip-bip

* 1965 : Guantanamera

* 1966 : Comme la lune

* 1966 : Ça m'avance à quoi

* 1966 : Excuse me lady

* 1966 : Dans la brume du matin

* 1967 : Les Dalton

* 1967 : Marie-Jeanne

* 1968 : Siffler sur la colline

* 1968 : Comment te dire

* 1968 : La Bande à Bonnot

* 1968 : Plus je te vois, plus je te veux

* 1968 : Ma bonne étoile

* 1968 : Le P'tit pain au chocolat

* 1969 : Les Champs-Élysées [15].

* 1969 : Mon village du bout du monde

* 1969 : C'est la vie lily

* 1969 : Billy le bordelais

* 1970 : L'Amérique

* 1970 : Cécilia

* 1970 : La Fleur aux dents

* 1970 : L'Équipe à Jojo

* 1970 : La Luzerne

* 1971 : La Ligne de vie

* 1971 : La Mal-aimée du courrier du cœur

* 1971 : Allez roulez !

* 1972 : Taka Takata (la femme du toréro)

* 1972 : Le Moustique

* 1972 : Salut les amoureux (On s'est aimé comme on se quitte)

* 1972 : La Complainte de l'heure de pointe (À vélo dans Paris)

* 1972 : Vaya na cumana

* 1972 : S'aimer sous la pluie

* 1973 : Je t'aime, je t'aime

* 1973 : Quand on a seize ans

* 1973 : Fais-moi de l'électricité

* 1973 : Les Plus Belles Années de ma vie

* 1973 : La Dernière page

* 1974 : C'est du mélo

* 1974 : Vade retro

* 1974 : Si tu t'appelles mélancolie

* 1974 : L'Amour etc.

* 1974 : Annie de l'année dernière

* 1975 : L'Été indien

* 1975 : Depuis l'année dernière (inédit)

* 1975 : Trois caravelles (inédit)

* 1975 : Et si tu n'existais pas

* 1975 : Il faut naître à Monaco

* 1975 : Ça ne va pas changer le monde

* 1975 : Salut

* 1976 : Il était une fois nous deux

* 1976 : À toi

* 1976 : Le Jardin du Luxembourg

* 1976 : Le Café des trois colombes

* 1977 : Et l'amour s'en va

* 1977 : Noisette et Cassidy

* 1977 : Dans les yeux d’Émilie

* 1978 : La Demoiselle de déshonneur

* 1978 : La Première Femme de ma vie

* 1978 : Maria

* 1978 : Si tu penses à moi

* 1978 : La vie se chante, la vie se pleure

* 1978 : Un lord anglais

* 1978 : Côté banjo, côté violon

* 1978 : Happy birthday

* 1979 : Le Dernier Slow

* 1979 : Tellement bu, tellement fumé

* 1979 : Le Marché aux puces

* 1979 : Blue country

image004.jpg


Partager cet article
Repost0

commentaires